Stratégie Océan Bleu et économie circulaire 3/3

photo-1429616588302-fec569e203ce

Aujourd’hui, les entreprises sont au cœur des enjeux économiques, sociétaux et environnementaux de la planète et se doivent d’avoir des activités dites « durables ».

« Le développement durable, c’est s’efforcer de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux des générations futures » (définition de référence issue du « Rapport Brundland »).

Les entreprises durables sont donc celles qui innovent en se souciant de la préservation du futur, c’est à dire :

– en réduisant leur impact sur les ressources naturelles et sur l’environnement

– en recyclant ou en réutilisant les matériaux en fin de vie : l’économie circulaire

– en remettant l’être humain au cœur du développement économique.

Il existe au Pays basque des entreprises dont le cœur de métier est de recycler ou d’utiliser des matériaux en fin de vie. En voici quelques exemples :  PATATAM, RECYCLECO, Amaboomi ou encore Lastage

Pour créer un « Océan Bleu », il faut appliquer une démarche d’innovation.

Oui, mais comment ? 

Dans un Océan Rouge, l’innovation est souvent incrémentale, elle ajoute régulièrement au produit existant, un nouvel élément différenciant. A grand renfort de communication, ce nouvel élément permet la survie du produit ou de la marque sur son marché traditionnel. Citons, pour exemple, les innovations des rasoirs Gillette, avec 2 puis 3 puis 4, puis maintenant 5 lames.

Pour identifier un « Océan Bleu », il est possible, entre autres, de tirer profit de la stratégie de « rupture d’usage ». Elle se fonde sur l’utilité, la valeur et la fonction du produit, et non pas sur le produit lui-même. Par exemple, pour le Vélib’, JC Decaux a imaginé le service à partir de la fonctionnalité du vélo et non pas à partir du produit-vélo. L’idée était de proposer au plus grand nombre de se déplacer à vélo, et non pas d’acquérir un vélo. D’autres exemples très connus : Michelin qui facture les kilomètres parcourus par les camions équipés de ses pneus au lieu de les vendre, ou Xerox qui facture les photocopies à l’unité, au lieu de vendre ses machines. Pour mieux comprendre, regardez cela : https://youtu.be/0myacaVe8Gg

Citons plus localement Wiki Campers, qui propose la location de Camping-car entre particuliers.

L’économie de fonctionnalité permet de substituer la vente de produits à la vente de services, avec toutes les conséquences que cela implique : formation et valorisation du personnel, relocalisation de la production, gestion de la maintenance des produits et de leur recyclage, prolongement de la durée de vie des produits.

« L’économie de fonctionnalité, qui vise à optimiser l’utilisation – ou la fonction – des biens et services, se concentre sur la gestion des richesses existantes, sous la forme de produits, de connaissances ou encore de capital naturel. L’objectif économique en est de créer une valeur d’usage la plus élevée possible pendant le plus longtemps possible, tout en consommant le moins de ressources matérielles et d’énergie possible. Le but est d’atteindre ainsi une meilleure compétitivité et une augmentation des revenus des entreprises (…). » Walter Stahel

La « Stratégie Océan Bleu » permet de créer de nouveaux espaces stratégiques … durables.

A nous de jouer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s